Les dernières semaines de 2019 n’ont pas été très différentes des mois précédents sur le plan fondamental. Les négociations commerciales suscitaient toujours plus de commentaires divers que de résultats tangibles, mais les indicateurs économiques ont bien tenu, et la consommation sur la période des fêtes semblait satisfaisante. Dans les premiers jours de décembre, la guerre commerciale semblait entrer dans une phase de reprise. Donald Trump a menacé d’établir de nouveaux droits de douane sur certaines importations en provenance d’Europe, et les négociations avec la Chine semblaient de nouveau au point mort. Heureusement, le tout dernier jour de l’année, les choses ont paru bouger à nouveau dans la bonne direction, lorsque le président américain a annoncé une cérémonie de signature pour le 15 janvier, ajoutant qu’il commencerait ensuite à travailler avec Xi Jinping sur un accord plus étendu. Côté Brexit, au Royaume-Uni, la majorité plus confortable que prévu obtenue par Boris Johnson aux élections a clarifié l’avenir sur la date et les conditions du Brexit, mais a laissé beaucoup d’autres questions sans réponse, puisque le Premier Ministre n’avait jamais développé d’autres aspects dans son programme que la sortie de l’UE.

Les banques centrales ont été assez discrètes, la FED n’a pas baissé ses taux comme prévu mais poursuit tranquillement son « not QE » et Mme Lagarde, nouvelle présidente de la BCE n’a pour l’instant rien révolutionné.

Dans ce contexte globalement favorable (malgré les grèves en France dont tout le monde se moque sauf les parisiens !) les marchés ont continué leur marche en avant, terminant l’année proche des plus hauts, le CAC gagne 1.25% comme l’ES 50, le Dow Jones prend 1.7%. Les taux continuent de remonter légèrement, Le 10 ans US finit à 1.90% (+10Bp) et le bund termine à -0.28% (+7 bp). Le $ reste autour de 1.11 et l’or repasse les 1500 $ gagnant 3.5%.