Point sur les marchés – Octobre 2020

5 novembre 2020

| Newsletter

Les mois d’octobre ne sont jamais très bons, 2020 ne déroge pas. Il est vrai que les nouvelles du mois n’ont guère été positives. Côté pandémie, le virus est reparti de plus belle en Europe et aux Etats Unis entraînant le retour de politique de couvre feux et de confinement, surtout sur le vieux continent. L’Asie en revanche semble complètement immunisée contre une deuxième vague. Côté Brexit peu d’avancées voire un risque de no deal. Aux USA, aucun accord n’est sorti entre républicains et démocrates pour un plan de relance, celui-ci étant retardé à l’après présidentielle. En Europe, ce n’est guère mieux, le plan européen de l’été patine. L’incertitude sur l’élection US a ajouté du stress même si le marché est de plus en plus convaincu d’une vague bleue et d’un grand chelem démocrate.

Ce sont les banques centrales qui ont permis aux marchés de plutôt bien résister face à la quantité de mauvaises nouvelles. Leur discours reste le même dans le sens d’un soutien inconditionnel aux Etats afin de financer les plans de relance et les déficits. L’argent continue de couler à flots. Enfin, autre soutien : les résultats du Q3 qui sont globalement meilleurs qu’attendus aux USA mais aussi en Europe.

Dans ce contexte plus difficile, c’est l’Europe (comme d’habitude) qui baisse le plus : ES 50 – 7.4%, DAX -9.4 (effet SAP), CAC -4.4%. Les Etats Unis baissent de 3% et l’Asie se maintient proche de l’équilibre. Côté taux, à noter la différence de comportement des 2 côtés de l’Atlantique : hausse du 10 ans US de 0.19% à 0.87% contre une baisse du Bund de 0.10% à -0,63% : le plan de relance démocrate apparaît très inflationniste tandis que le re confinement en Europe augure d’un retour en récession au Q4. Le $ gagne 0.6%, l’or perd 0.4% et le pétrole s’affaisse de 11%.

La consolidation s’est poursuivie en octobre comme nous l’anticipions mais s’est arrêtée net le 30 octobre au matin. Comme toujours, quand la baisse s’accélère nous constatons des forces de rappel incroyables qui permettent un rebond impressionnant. Nous sommes dedans. La vitesse du rebond ne nous a pas permis de remettre du risque comme nous l’avions envisagé.

L’élection présidentielle est derrière nous avec ses incertitudes. Visiblement le pire scénario se produit et le marché explose à la hausse. Cherchez l’erreur ! En fait il y a tellement de liquidités qui attendaient ce moment pour investir qu’elles y sont allées.